Traitement du poil

cycle poils et cheveuxLe docteur James Schinazi est titulaire du Diplôme inter Universitaire Européen de Lasers Médicaux (Paris Decartes)

Le poil prend naissance au fond du follicule pileux.
Chaque poil se caractérise par :
– sa couleur (teneur en mélanine)
– son type, déterminé par sa profondeur et son épaisseur : « duvet » (fin et superficiel) / « intermédiaire » / « terminal » (épais et profond)
– son stade de croissance dans le cycle pilaire (sur 5 à 18 mois en fonction des zones : « anagène » (pousse) / « catagène » (repos) / « télogène » (chute)

Il faut savoir qu’au niveau d’une même zone tous les poils :
– ne sont pas à la même phase du cycle pilaire,
– ne sont pas implantés de manière homogène à la même profondeur.
Chaque poil suit donc son propre cycle, raison pour laquelle une seule séance de LASER ne peut suffire à traiter l’ensemble des poils d’une même zone.

Le LASER émet une énergie lumineuse monochromatique (une seule couleur) et unidirectionnelle.
Dans le cas de l’épilation LASER, la cible sera la mélanine qui va absorber l’énergie émise par le LASER et la transformer en chaleur, elle-même conduite le long de la tige pilaire jusqu’à sa racine.
En atteignant le bulbe, la chaleur aura un effet destructeur sur cette racine du poil et empêchera ainsi toute repousse ultérieure.
L’intérêt d’utiliser un LASER demeure dans la précision d’atteinte de la cible (mélanine et bulbe pilaire) sans endommager les structures avoisinantes de la peau.
Ainsi, puisque la mélanine est la cible des LASER et qu’elle est responsable de la coloration des poils, les poils blancs ne pourront pas être traités par LASER (car dépourvus de mélanine).

Avec le développement considérable des technologies, nous disposons de LASERs permettant de traiter quasiment tous les phototypes de peau (notamment grâce aux LASERs Nd-Yag et Alexandrite).

Si le poil et la mélanine sont les cibles des LASERs, il est évident qu’il ne faut pas s’épiler à la cire ou à la pince à épiler entre les séances. On recommande un rasage à la lame 48 heures avant la prochaine séance (ou même de couper les poils aux ciseaux).

Ce sont les poils en phase anagène qui sont les plus sensibles au traitement par LASER car ils sont très riches en mélanine et plus superficiels.
N’étant pas tous en phase dans une même zone, il est donc nécessaire de répéter les séances.
La première séance permet généralement de mettre en phase tous les poils d’une même zone pour la séance suivante.
Toujours en fonction de la zone à traiter, les séances sont espacées de 4 à 8 semaines en moyenne, car les poils ne poussent pas à la même vitesse d’une zone à l’autre.

Le nombre total de séances dépend ainsi de :
– la couleur de la peau,
– de la zone traitée
– et du type de LASER utilisé.

Il faudra donc entre 4 à 8 séances de LASER en moyenne pour traiter une zone. Parfois, il sera nécessaire de réaliser une séance d’entretien par an pour éviter une éventuelle repousse. Mais après un traitement LASER, si une repousse survient, la qualité du poil aura forcement changé (poils plus fin et plus superficiel).

Déroulement d’une séance :

– Patient et médecin portent des lunettes de protection
– La pièce à main du LASER est positionnée au contact de la peau du patient et émet l’impulsion lumineuse.
– Une sensation de picotement, de coup d’élastique ou de brûlure très brève est ressentie.
– L’effet recherché par le praticien est une atteinte des poils qui frisent et coagulent entrainant la formation d’œdème en petites plaques (transitoires, pendant quelques heures)
– Très occasionnellement, peuvent se former des croutelles ou des petites cloques qui se résorbent rapidement avec un traitement adapté (pommade cicatrisante).
– Des tâches brunes ou blanches peuvent également apparaitre mais demeurent transitoire  (quelques semaines ou mois)

VOIR AUSSI

Aisselleshyperhidrose-ou-transpiration-excessive-des-aisselles
Cou et décolletécou-et-décolleté
Mains
Mains
Silhouettesilhouette
Cuir chevelutraitement-mésothérapie-cuir-chevelu

Les commentaires sont fermés.